• 15 mai 2012, Madame Mère tire sa révérence.

    Il y a deux jours, tôt le matin, nous apprenions le décès de Dominique Rolin, à l'aube de ses 99 ans. Elle avait promis qu'elle n'irait pas jusqu'à 100 ans et qu'elle ne le souhaitait pas. Elle l'avait même écrit, il y a maintenant 12 ans. Je lui avais promis la Pléiade de son vivant et je n'ai pas tenu promesse. Elle si.

    L'être disparaît mais le géni reste. Celle qui rêvait de "botter le cul au temps" (L'Infini chez soi, 1985) a désormais l'éternité pour lui en faire voir de toutes les couleurs.

    Et nous, lecteurs, aurons-nous assez d'une vie pour percer le mystère de l'oeuvre rolinienne, si complexe ?

    A Dieu, Madame Mère et merci. L'infini, comme vous l'aviez si ardemment désiré, est désormais chez vous.

     

    Benjamin Lahache


  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Mai 2012 à 17:57
    Adieu
    Quant à moi je ne chercherai pas à en percer le mystère : je me contente de le savourer... Le rire de Dominique Rolin nous restera en mémoire, c'est une philosophie à part entière.
    2
    dom
    Mardi 8 Avril 2014 à 12:49
    orthographe
    2012 - et il reste deux erreurs orthographiques...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    DOM
    Mardi 8 Avril 2014 à 12:53
    orthographe - conjugaison
    2012 - et il reste deux erreurs orthographiques... et une de conjugaison, allons ami, un peu de retour sur l'urgence d'écrire...
    4
    DOM
    Mardi 8 Avril 2014 à 13:13
    THÈSE
    merci pour cette thèse... et l'analyse de son écriture... (Deux jours prend un s.)
    5
    Jeudi 10 Avril 2014 à 00:24
    Merci :)
    Merci DOM... D'où l'importance de se relire avant de publier... Et même après !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :